top of page

Des associations de maires engagés dans la transition écologique de leur commune

Et si les petites communes faisaient front commun pour la planète ?


La ruralité s'active côté transition écologique ! Depuis quelques années, plusieurs associations de maires engagés pour la transition écologique ont vu le jour, telles que Les Maires pour la planète en Charente, BRUDED en Bretagne ou Expériences Communes dans le Calvados.

Ces réseaux d'échange d'expériences entre maires ont pour objectif d'inspirer et d'accompagner les mairies de petites collectivités dans leur développement durable. Elles recensent les bonnes pratiques environnementales et les fait connaitre auprès des collectivités adhérentes. Les associations œuvrent localement afin de partager des outils qui répondent aux problématiques environnementales de leur territoire.


Des maires engagés envers le futur de leur commune, mais pas question de "politiser la chose outre mesure". L'association Les Maires pour la planète, que j'ai pu interviewer, est fière de montrer la diversité des étiquettes de ses maires adhérent·es, la plupart "sans étiquette". L'objectif se veut concret : accompagner et organiser la transition écologique directement sur le terrain. « L'idée, c'est de faire en sorte que les maires de communes d'un même territoire se rencontrent et partagent leur retour d'expérience quant aux projets de développement durable qu'ils ont mis ou veulent mettre en place dans leur commune. L'association est là pour être un appui, leur mettre à disposition des outils et faire le travail de veille nécessaire pour que ces projets aboutissent. Par exemple, nous proposons et organisons des webinaires sur différentes thématiques, comme les subventions disponibles, nous créons des fiches action et invitons à des rencontres sur le terrain pour découvrir des réalisations concrètes. Nous avons aussi pour ambition de mutualiser nos dossiers d'aides afin de soulager les adhérent·es de la lourdeur administrative des projets. » - Jeanne Talamona, Responsable projet chez Les Maires pour la planète (Charente Maritime).


transition écologique rurale

Conscients de la nécessité d’avoir une approche territoriale et transversale des enjeux climatiques, ces réseaux ont décidé de s’ouvrir aux intercommunalités. Ainsi, l'association BRUDED, pionnière de la démarche et créée en 2005, compte aujourd’hui plus de 270 communes et 7 communautés de communes sur la Bretagne et la Loire-Atlantique, tandis que Les Maires pour la planète, créée en 2019, compte déjà 110 communes en Charente-Maritime. Ces réseaux, utiles et concrets, inspirent d'autres communes à sauter le pas, comme au printemps 2022, dans le Maine-et-Loire où plusieurs communes ont porté une réflexion collective pour échanger sur leurs pratiques de transition écologique, menant à la création du réseau "La Place des villages", ou même le réseau normand "Expériences Communes".


Alimentation collective, agriculture, économie locale, énergie, habitat ou démocratie participative, de nombreux sujets font partie des thématiques de ces réseaux. De quoi être optimistes quant à la résilience de nos territoires au réchauffement climatique, en tout cas, dans les communes concernées, où des maires veulent bien se retrousser les manches pour préparer le terrain aux générations futures.


Penser local pour accomplir la transition écologique : l'importance des Régions


Il est évident que d'une région à l'autre, les écosystèmes sont différents. Ainsi, il est nécessaire d'élaborer des politiques publiques à l'échelle territoriale afin d'adapter les mesures selon les spécificités de chaque région. En effet, une même mesure n'a pas le même impact selon qu'elle est appliquée en zone humide ou dans le maquis méditerranéen. C'est pourquoi la loi fixe aux Régions la responsabilité de la transition écologique.


Plus que jamais, les territoires, et en particulier les Régions, ont donc un rôle fondamental dans la mise en œuvre opérationnelle de la transition écologique. Pourtant, les citoyens l’ignorent et ne connaissent pas la responsabilité et le pouvoir institutionnelle de leur région dans la transition de leur territoire.


Mais qu’ont-elles réellement fait pendant leur mandat ?‍ Sont-elles à la hauteur de l'urgence climatique ?


Pour évaluer les régions sur leurs politiques territoriales en matière de transition écologique, l’Observatoire de la transition écologique des territoires a créé l'EnviroScore et noté les politiques publiques de chaque Région sur 7 thèmes clés au cours du dernier mandat (2016-2021). Résultat : une seule Région atteint la moyenne : le Grand Est. Elle est suivie par le Centre-Val de Loire et la Nouvelle-Aquitaine. Viennent juste derrière, les Pays de la Loire, PACA et la Bourgogne-Franche-Comté.


Cinq régions ont un score inférieur à 7/20 ! Des progrès sont donc nécessaires et urgents.


évaluation des politiques publiques de la transition écologique territoriale

Une COP Régionale : la bonne idée d'Élisabeth Borne


Fin septembre, Élisabeth Borne a lancé une idée pour la transition écologique : un concept de COP régionales. Le principe, c’est que les régions organisent à la façon des conférences de partie des Nations Unies un plan d’action pour répondre aux enjeux climatiques qui sont propres à leur territoire.


Ces COP Régionales, si elles sont ouvertes aux débats démocratiques, pourront être des outils puissants de la transition écologique, et seront l'opportunité de rassembler les acteurs institutionnels locaux, comme les associations de maires engagés pour l'environnement, les collectifs de citoyens et les associations, qui pourront faire part de leur retour d'expérience et de leurs doléances.


Notons que la Bretagne expérimente le concept depuis 2017, le Centre-Val de Loire depuis 2019, le grand Nancy ainsi que les pays de la Loire ont lancé des initiatives similaires en 2022.


Affaire à suivre dans les autres Régions donc.






Comments


bottom of page